Togo, une croissance sous le sceau d’une amélioration du climat d’affaires

Depuis quelques années, le Togo favorise l’investissement dans des secteurs importants pour son développement tels que l’agriculture, l’industrie extractive, le commerce et l’ouverture au marché de la sous-région, de l’Afrique et du reste du monde.

Les trois secteurs économiques clés restent dans une dynamique positive, en particulier le secteur primaire qui joue un rôle prépondérant dans la croissance économique du Togo. De nombreux programmes de développement de ce secteur ont d’ailleurs vu le jour de même que des projets d’amélioration des infrastructures du pays pour maintenir une croissance positive. Dans cet article, nous passerons en revue les différents indicateurs macroéconomiques afin d’avoir un aperçu global de la situation économique du Togo ainsi que des perspectives d’investissements que le pays offre aux investisseurs et bailleurs régionaux et internationaux.

Une situation économique stable

A l’instar d’autres pays de l’UEMOA, l’agriculture, l’industrie extractive et le commerce sont les piliers de l’économie togolaise. Le Togo affiche un taux de croissance annuel supérieure à 5% depuis 2012 avec sa plateforme portuaire devenue un incontournable point de transit en Afrique de l’ouest. En plus de l’exploitation des mines de phosphate dont le Togo est le cinquième producteur mondial, l’agriculture est un secteur fort de l’économie togolaise qui suscite de nombreux investissements de la part du gouvernement. Ainsi pour accélérer la croissance, l’Etat a mis en place le PNIASA (Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire) qui permet au secteur primaire d'enregistrer de bonnes performances avec une contribution à la croissance estimée à 1,5 point de pourcentage en 2017.
 

Les secteurs primaire et tertiaire sont les plus dynamiques, représentant respectivement 41,0% et 41,4% du PIB pour l’année 2015. Enfin le secteur secondaire, principalement tiré par les industries manufacturières et extractives, représente pour sa part 17,6% du PIB. L’approbation d’un nouveau Code minier plus transparent devrait permettre d’améliorer les performances de ce secteur.

La balance commerciale du pays, structurellement déficitaire, a connu une légère amélioration passant de 438,4 milliards FCFA en 2014 à 361,9 milliards en 2015. Ce regain s’explique par une hausse des exportations à hauteur de 10,7% cumulée à une baisse des importations.

Le PIB nominal en 2017 est de 2 755,5 milliards de FCFA avec un taux de croissance qui se maintient à 5,0% comme en 2016. 

Un climat d’affaires propice à l’investissement

Il convient d’attribuer au Togo un climat d’affaires favorable aux investisseurs. En effet, ayant gagné quinze places de plus au classement mondial « Doing Business 2015 », il fait partie des dix économies qui ont le plus amélioré leur environnement des affaires. De nombreuses mesures ont en effet été prises par le gouvernement afin de faciliter la création d’entreprise mais aussi l’investissement. En ce sens, l’Etat a mis en place une politique de promotion du pays afin de favoriser les Investissements Directs Etrangers (IDE) ainsi qu’un guichet unique pour la création d’entreprise. On notera également l’adoption d’un nouveau code des investissements.

Les investisseurs souhaitant s’installer au Togo peuvent profiter de plusieurs avantages du pays dont une zone franche avec une soixantaine d’entreprises comptant plus de 12 000 salariés

Doté d’une stabilité politique et d’une croissance économique solide, le Togo se positionne comme un des pays les plus attractifs de la zone UEMOA. Grâce aux investissements réalisés pour améliorer les infrastructures surtout dans le transport, ou encore aux efforts déployés pour améliorer le climat des affaires, le pays attire de plus en plus les investisseurs régionaux et internationaux désireux de contribuer à son développement.

Pour plus d’informations sur la situation économique du Togo, téléchargez la note d’information du pays élaborée par l’UMOA-Titres.