La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est un établissement public international dont le siège est fixé à Dakar, au Sénégal. Elle est l’Institut d’émission commun aux États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). A sa création le 12 mai 1962 elle réunissait les Républiques de la Côte d’Ivoire, du Dahomey, de la Haute-Volta, du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Sénégal et la République Togolaise. Actuellement, les États membres de cette Union monétaire sont au nombre de huit (08) : le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Outre la centralisation des réserves de devises de l’Union, elle a pour missions principales :

  • l’émission monétaire,
  • la gestion de la politique monétaire,
  • l’organisation et la surveillance de l’activité bancaire ainsi que l’assistance aux États membres de l’Union.

La BCEAO jouit du privilège exclusif de l’émission monétaire sur l’ensemble des États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine. Elle émet des signes monétaires, billets et pièces de monnaie, qui ont cours légal et pouvoir libératoire dans l’ensemble des États membres de l’Union. La création, l’émission et l’annulation des signes monétaires sont décidées par le Conseil des Ministres. Les mouvements de billets entre les États sont favorisés par l’unicité des signes monétaires. En matière d’impression, la Banque Centrale mène des recherches permanentes relatives à l’authentification des signes monétaires, en vue de renforcer la sécurité des billets qu’elle émet.

La gestion de la politique monétaire des États membres de l’Union par la Banque Centrale consiste à ajuster la liquidité globale de l’économie en fonction de l’évolution de la conjoncture économique, pour assurer une stabilité des prix, d’une part ; et promouvoir la croissance économique, d’autre part.

La Banque Centrale définit la réglementation applicable aux banques et établissements financiers et exerce à leur égard des fonctions de surveillance. Dans ce cadre, la Commission Bancaire de l’UMOA, créée le 24 avril 1990 et présidée par le Gouverneur de la BCEAO, est chargée de veiller à l’organisation et au contrôle du système bancaire dans l’UMOA. La BCEAO assure le Secrétariat Général de la Commission Bancaire.

La Banque Centrale assiste, à leur demande, les Gouvernements des États membres de l’Union dans leurs relations avec les institutions financières et monétaires internationales et dans les négociations qu’ils entreprennent en vue de la conclusion d’accords financiers internationaux. Elle peut être chargée de l’exécution de ces accords dans les conditions fixées par les conventions approuvées par le Conseil d’Administration.

S’agissant en particulier des relations des États avec le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale assure le rôle d’agent financier, en vertu des dispositions de la Convention du 24 septembre 1981, signée entre elle et les États membres.

L’Institut d’émission assiste aussi les États dans les domaines de la définition et du suivi de l’exécution des programmes d’ajustement ainsi que de la gestion de la dette. (source : www.bceao.int).

La Banque Centrale est investie des missions fondamentales suivantes :

  • définir et mettre en œuvre la politique monétaire au sein de l’UMOA,
  • veiller à la stabilité du système bancaire et financier de l’UMOA,
  • promouvoir le bon fonctionnement et assurer la supervision et la sécurité des systèmes de paiement dans l’UMOA,
  • mettre en œuvre la politique de change de l’UMOA dans les conditions arrêtées par le Conseil des Ministres,
  • gérer les réserves officielles de change des États membres de l’UMOA.

La Banque Centrale peut conduire, dans le respect de l’équilibre monétaire, des missions ou projets spécifiques qui concourent à l’amélioration de l’environnement de la politique monétaire, à la diversification ainsi qu’au renforcement du système financier de l’UMOA et des capacités techniques et professionnelles dans le secteur bancaire et financier (source : www.bceao.int).